5 choses à savoir sur Lisa Barbelin

À 21 ans, Lisa Barbelin est championne d’Europe et n°1 mondiale. Dès le 23 juillet, elle peut marquer l’histoire du tir à l’arc français à Tokyo 2020.

Photo de Photo de World Archery

En s'imposant à Antalya (Turquie) au début du mois de juin 2021, Lisa Barbelin a remporté le premier grand titre international de sa carrière. Et le premier pour la France depuis 2008.

Avec cette performance, l'archère de 21 ans a confirmé le potentiel aperçu chez les jeunes où elle avait déjà été médaillée aux Championnats du monde de la jeunesse. Qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, en 2021, grâce à sa victoire au Tournoi de qualification olympique (TQO) organisé en parallèle aux Championnats d'Europe (30 mai - 6 juin), la jeune Française peut espérer surfer sur cette vague pour ramener une médaille de Tokyo.

Si vous ne la connaissez pas encore, voici cinq choses à savoir sur la n°1 mondiale de tir à l'arc.

1. Un début d'année idéal

Lundi 7 juin, Lisa Barbelin a pris la tête du classement mondial publié par World Archery. Cet exploit a été rendu possible par un début d'année incroyable.

Pour sa deuxième saison chez les seniors, la Française est déjà montée sur quatre podiums internationaux. Après des performances en salle très intéressantes, elle a attaqué l'année 2021 en s'imposant sur le Grand Prix européen de Porec à la fin du mois de mars. Ce succès, son premier dans une épreuve comptant pour le classement mondial, a été suivi par une médaille d'argent au Grand Prix européen d'Antalya trois semaines plus tard. Revenue en Turquie au début du mois de juin après deux étapes de Coupe du monde terminées dans le top 10, elle a pu y améliorer son bilan avec une victoire au TQO et surtout son premier grand titre lors des Championnats d'Europe.

2. Un Championnat d'Europe renversant

Pour monter sur le toit de l'Europe, Lisa Barbelin a réalisé un parcours exceptionnel. Avant de s'offrir une victoire à sens unique sur la Biélorusse Karyna Dziominskaya en finale (6-0), l'archère de 21 ans a eu besoin de s'employer. Autant à cause de l'adversité rencontrée que du scénario de ses victoires.

Sur la route vers le titre continental, la sociétaire des Archers Riomois a éliminé Ksenia Perova, qui était la première Européenne au classement mondial. Elle a ensuite remporté son duel contre Elena Osipova, en tête des qualifications avec un score record de 684, puis contre Denisa Barankova en gagnant le tie-break sur le score de 10-9.

3. Un confinement qui lui a profité

Suite à son titre européen, Lisa Barbelin a reconnu dans une interview accordée à L'Équipe que le report des Jeux Olympiques lui avait été profitable.

« Je pense que cette année a été très bénéfique. J'ai des capacités techniques plus solides, je me sens très stable dans ce que je produis. Ensuite c'est surtout dans ma tête, j'arrive plus à croire à mes ambitions et à me donner les moyens de réussir », a confié la nouvelle championne d'Europe. Et pour cause. Malgré le confinement, elle n'avait pas cessé l'entraînement. Revenue en Lorraine, l'athlète originaire de Ley a pu profiter du jardin familial pour continuer à pratiquer le tir à l'arc sur une cible placée aux 70 mètres réglementaires.

4. En dehors du tir à l'arc : du piano et de la chimie

Athlète pensionnaire de l'INSEP, Lisa Barbelin est aussi une étudiante à l'Université de La Sorbonne. Actuellement en licence, elle y fait des études en chimie. Mais quand la Mosellane a été interrogée par le Républicain Lorrain en 2017, elle a évoqué une autre piste pour une reconversion en cas d'échec dans sa carrière sportive : la musique.

« J’ai d’autres passions, la musique en particulier. J’adore le piano et j’ai dû arrêter les cours depuis longtemps, alors je m’y remettrais », avouait alors la future championne d'Europe de tir à l'arc.

5. À Tokyo, une médaille inédite pour la France ?

En pleine progression, Lisa Barbelin peut espérer profiter de ses récents résultats pour marquer l'histoire du tir à l'arc français. À Tokyo, elle peut légitimement ambitionner un podium qui serait inédit pour une archère française. Si Virginie Arnold, Sophie Dodémont et Bérengère Schuh étaient montées sur la troisième marche du podium de l'épreuve par équipes à Beijing 2008, il n'y a jamais eu de médaille olympique en individuel pour une Française.

Un manque que l'athlète de 21 ans a l'occasion de combler après avoir mis un terme à une disette tricolore de 13 ans sans titre européen dans cette discipline.