Rencontre avec Dorian Keletela, espoir olympique du 100m et détenteur de la Bourse pour les Réfugiés du CIO

Keletela s’entraîne au Portugal et poursuit son rêve olympique grâce à l’aide du programme des Bourses pour les Athlètes Réfugiés du CIO.
Par Ken Browne

Dorian Keletela est un explosif jeune sprinteur qui s’entraîne au Portugal avec le soutien d’une Bourse pour les Athlètes Réfugiés du CIO.

Né en République Démocratique du Congo en 1999, Keletela arrive au Portugal en 2016 avec sa tante, après qu’il ait perdu ses deux parents dans le conflit congolais.

Aujourd’hui, son objectif est limpide: concourir, aux côtés des hommes les plus rapides de la planète, sur la piste d’athlétisme des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à l’été 2021.

Il court actuellement sous les couleurs du Sporting Clube De Portugal de Lisbonne, avec qu’il est de plus en plus proche d’aligner un chrono sous les 10 secondes sur 100 mètres. Tout cela dans le but d’inspirer la prochaine génération, comme il le raconte sur le compte Instagram de l'Équipe Olympique des Réfugiés:

“Je veux, après ma carrière, que les jeunes se souviennent de mon nom comme d’une inspiration.” – Dorian Keletela

Il fait partie des 37 détenteurs d’une Bourse pour les Athlètes Réfugiés du CIO qui rêvent d’intégrer l’Équipe Olympique des Réfugiés pour Tokyo 2020, qui sera annoncée en juin 2021.

La résilience est un mode de vie pour Keletela.

Après avoir perdu ses parents à un jeune âge, il doit aller vivre chez sa tante qui, par la suite, fait une demande d’asile au Portugal avec le jeune Dorian.

Arrivé au Portugal à 17 ans, il passe plus d’un an dans des centres pour réfugiés, où il entreprend d’apprendre une nouvelle langue et de s’adapter à un nouveau mode de vie.

Comme c’est le cas pour de nombreux de réfugiés, le sport lui offre un espace de sécurité, où il peut jouer, rêver et surtout s’échapper. Il commence à courir à l’âge de 15 ans, si bien que la piste devient rapidement sa seconde maison. Désormais, il s’entraîne trois heures par jour, six jours par semaines, avec un seul objectif en tête.

En février 2020, il court un 60 mètres en 6,49 secondes, puis en août 2020, un 100 mètres en 10,46 secondes. Les attentes sont donc élevées afin qu’il puisse battre son record personnel en extérieur cette saison.

Récemment, Keletela a déclaré sur la page Facebook de l’Équipe Olympique des Réfugiés:

"Ce que je veux que les gens sachent à mon sujet, c’est que je suis une personne déterminée qui n’abandonne jamais et qui suit ses rêves".

"Ma devise dans la vie est d’aller de l’avant en gardant la foi, avec détermination, courage, patience et persévérance".

Figurant sur la liste réduite des candidats retenus pour intégrer l’Équipe Olympique des Réfugiés pour Tokyo 2020, il est plus motivé que jamais à l’idée de franchir cette étape et d’être de la partie à Tokyo.

"C’est une grande fierté pour moi de travailler dur et d’espérer intégrer la liste finale des athlètes", raconte-t-il au journal britannique Sports Gazette.

"Le sport est très important dans ma vie car il me permet de rester en bonne santé et de me valoriser en tant que personne", poursuit-il.

"Je me sens en sécurité au Portugal car il y a la liberté et les êtres humains sont respectés".