Les "Jeux de la reconstruction" donnent de l'espoir aux régions touchées par le grand séisme de l’est du Japon

Le relais de la flamme olympique de Tokyo 2020, lancé en mars 2021, revêtait une signification toute  particulière pour le Japon et son peuple. 

©2021 Getty Images

Le voyage de la flamme a commencé dans le centre d'entraînement national de football J-Village à Naraha, Fukushima, l'une des régions les plus sévèrement touchées par le tremblement de terre de 2011 qui avait ravagé l'est du Japon. Son concept sur le thème "L'espoir éclaire notre chemin" reflétait le symbolisme d'espoir et de paix de la flamme olympique, ainsi que la volonté des organisateurs de Tokyo 2020 de contribuer au redressement et à la reconstruction de ces régions du Japon. La torche elle-même a été produite en partie avec de l'aluminium provenant de logements temporaires mis à la disposition des personnes touchées par la catastrophe.

Mais avec l’idée des organisateurs d’en faire les "Jeux de la reconstruction", la contribution de Tokyo 2020 au rétablissement des zones touchées va beaucoup plus loin.

"Le pouvoir du sport" était devenu l’idée centrale des activités que nous menions dans le cadre de notre candidature, et nous avons pris conscience du potentiel qu'aurait l'organisation des Jeux pour contribuer au redressement des zones touchées par la catastrophe", a déclaré la présidente du comité d’organisation de Tokyo 2020, Hashimoto Seiko, à l'occasion du dixième anniversaire du tremblement de terre. "Depuis la candidature aux Jeux, nous nous sommes constamment engagés dans des activités de soutien pour aider à dynamiser et à donner de l'espoir aux personnes qui se démènent encore pour aider à la reconstruction de la région du Tohoku."

Tokyo 2020 President Seiko Hashimoto applauds next to the celebration cauldron during the opening ceremony ahead of the the first day of the Tokyo 2020 Olympic torch relay at the J Village HASHIMOTO Seiko - ©2021 Getty Images

Dans le cadre de ces efforts, une course-relais sur route de 1 000 km a été organisée à l'été 2019, reliant Tokyo et les villes de la région du Tohoku qui ont été touchées par le séisme et le tsunami de 2011. Coureurs et cyclistes se sont transmis des écharpes commémoratives sur l’itinéraire du relais reliant Aomori au parc olympique de Komazawa à Tokyo, qui avait accueilli les matches de football et les épreuves de lutte des Jeux de 1964.

Des athlètes ont été envoyés dans les zones touchées par le désastre et des programmes sportifs ont été organisés pour répondre aux besoins de chaque préfecture touchée. Des enfants originaires du Tohoku et de Tokyo ont été invités à participer à des programmes d'échanges sportifs et à des événements organisés dans la capitale japonaise, et des lycéens ont été encouragés à prendre part au marathon de Tokyo en 2019.

Au-delà du sport, les organisateurs de Tokyo 2020 ont utilisé l'art et la culture comme moyen de contribuer aux efforts de reconstruction. Au total, 120 projets ont été mis en œuvre dans le cadre de l’initiative Art Support Tohoku-Tokyo, pour contribuer à la restauration du tissu culturel diversifié dans les zones touchées par la catastrophe.

Peu avant les Jeux, Tokyo 2020 a dévoilé trois œuvres conçues dans le cadre du projet "monuments de la reconstruction", placées à l'extérieur du stade olympique. Le projet a bénéficié de la coopération et des conseils du Comité International Olympique (CIO) et les sculptures monumentales ont été réalisées par des étudiants de  l'Université des arts de Tokyo. Elles portent des messages d'étudiants d'Iwate, de Miyagi et de Fukushima – les trois régions les plus touchées par le tremblement de terre – exprimant leur gratitude pour l'aide reçue par leurs préfectures à la suite de la catastrophe, ainsi que leur soutien aux athlètes participant aux Jeux de Tokyo 2020. Les œuvres seront ensuite déplacées pour être exposées dans les trois préfectures d'ici à la fin de l'année.

Recovery Monuments Des œuvres créées pour symboliser la reprise © Tokyo 2020

"Je suis très heureuse de participer aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 grâce à la conception de ces œuvres", a déclaré Aiko Sanjo, une élève de troisième année du lycée Asakareimei dans la préfecture de Fukushima, qui a laissé le message suivant : "Dessinons plus loin".

Et d'ajouter : "J'ai rédigé ce message dans l'espoir que les citoyens du monde entier puissent faire de leurs rêves une réalité. J'espère sincèrement que les athlètes réaliseront leurs rêves et que les habitants des zones sinistrées iront de l'avant avec l'espoir de la reconstruction."

À l'instar de la flamme olympique, les trois sculptures monumentales, de deux mètres de haut chacune, ont été créées à partir d'aluminium recyclé, provenant des logements temporaires installés dans les zones touchées par le tremblement de terre et le tsunami de 2011.

Les athlètes en lice aux Jeux de Tokyo 2020 sont également invités à apporter leur contribution. Leurs signatures manuscrites seront en effet gravées sur des plaques, lesquelles seront ensuite apposées sur les sculptures comme un souvenir durable des Jeux. La première plaque portera la signature du président du CIO, Thomas Bach, exprimant un message de gratitude et d'inspiration de la part du monde entier aux trois régions frappées par la catastrophe.

Actualités liées

Prev
Next
  • Tokyo 2020
    L'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO : une équipe portée par la solidarité
  • Tokyo 2020
    Nouvelles Directives du CIO pour une représentation égalitaire, équitable et inclusive des genres dans le sport à Tokyo
  • Tokyo 2020
    Tokyo 2020 : un nouveau schéma pour le calendrier des compétitions olympiques et la visibilité du sport féminin
back to top