Après le succès rencontré aux Jeux de Tokyo 2020, l'Agora olympique, carrefour des arts et de la culture, se tourne vers Beijing 2022

Alors que les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont pris fin, les Tokyoïtes ont eux aussi fait leurs adieux à la manifestation en se rendant une dernière fois à l'Agora olympique, le centre culturel célébrant l'Olympisme qui ferme ses portes le dimanche 15 août. Fer de lance de la Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine (FOCP) – le département du CIO en charge des arts, de la culture et du patrimoine, le projet comprenait une série de créations artistiques, d'expositions et de programmes numériques axés sur l'esprit et les valeurs olympiques, notamment la commande d'une sculpture permanente qui restera dans le quartier de Nihonbashi au cœur de Tokyo.

© IOC

Des adaptations ont été apportées d'emblée à l'Agora olympique afin d'assurer la sécurité du personnel et des visiteurs, conformément aux règles et au protocole anti-COVID-19 mis en place au niveau local et national. Le nombre de visiteurs présents sur place a fait l'objet d'un contrôle rigoureux via un système de pré-réservation en ligne.

Au cours de ses six semaines d'ouverture, l'Agora olympique a accueilli des milliers de visiteurs locaux – donnant à bon nombre de ces personnes qui ne pouvaient assister aux compétitions sportives l'occasion de s'imprégner de la culture olympique – ainsi qu'un public régional et international encore plus large grâce à ses programmes numériques. Les installations et les activités proposées ont été complétées par un solide programme numérique comprenant des expositions virtuelles accessibles au public local et international via le site web de l'Agora olympique et les comptes du Musée Olympique dans les médias sociaux. Le site web restera ouvert jusqu'au 15 octobre.

Forte du succès rencontré aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, la FOCP est impatiente de proposer de nouveaux opus de l'Agora olympique – un projet de plateforme pour Beijing 2022 est déjà en préparation – afin d'attirer de nouveaux publics à la croisée de l'art, de la culture et du sport pendant les Jeux Olympiques et en dehors.

"Il existe un lien très étroit entre la culture et le sport, car ce sont deux langages que le monde entier comprend", a déclaré le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, lors de sa visite à l'Agora olympique. "Je pense que l'esprit olympique est une chose qui nous touche tous ; c'est l'essence même des Jeux Olympiques. Qui dit Jeux Olympiques, dit excellence sportive bien évidemment ; mais les Jeux sont aussi un profond symbole de solidarité, de paix et d'amitié dans le monde."

© IOC

Fruit de l’Agenda olympique 2020, la feuille de route stratégique du CIO pour l’avenir du Mouvement olympique, l’Agora olympique a traduit dans les faits une recommandation importante : "allier davantage le sport et la culture" pendant et entre les éditions des Jeux Olympiques.

Ainsi que l'a confié Angelita Teo, directrice de la Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine, "l'une des choses les plus importantes que nous ayons faites à travers l'Agora olympique est de laisser l'héritage de l'esprit olympique à Tokyo. En commémorant l’histoire et l’impact culturel durable du Mouvement olympique sur le monde, l’Agora olympique servira, nous l'espérons, de lieu de rencontre permanent pour cultiver, découvrir et promouvoir les valeurs olympiques."

Pour l'artiste et designer japonais Makoto Tojiki, dont la sculpture de lumière grand format Solidarity and Collaboration (Solidarité et Collaboration) a été conçue spécialement pour l'occasion, l'Agora olympique a représenté une occasion unique de participer aux Jeux Olympiques au Japon.

"C'est une occasion qui ne se présente qu'une fois dans la vie. Je suis ravi de créer une œuvre de cette envergure pour un événement qui se tient dans mon pays natal, de présenter mes créations originales au public", a déclaré Makoto Tojiki, dont la sculpture installée sur la place Fukutoku comprenait deux silhouettes monumentales réalisées en mailles d'acier illuminées. Tirant son inspiration de la pandémie mondiale, l'œuvre Solidarity and Collaboration représente deux athlètes engagés dans un relais, illustrant ainsi un exercice de circonstance fait de collaboration, de responsabilité partagée et de potentiel humain dans le cadre d’un effort d’équipe.

Ainsi que Makoto Tojiki l'a expliqué : "Il est aisé de voir que le sport est une tentative d'aller au-delà des limites physiques, et que ces limites physiques peuvent véritablement être dépassées. Je pense que la culture et l'art sont eux aussi des tentatives d'aller aussi loin que possible au-delà des limites humaines."

Pour inaugurer l’Agora olympique à Tokyo, la FOCP avait demandé à Xavier Veilhan, artiste qui représentait la France lors de la 57Biennale de Venise en 2017, de créer une œuvre permanente illustrant les valeurs olympiques. Connu pour ses expositions qui défient la perception des visiteurs, Xavier Veilhan a imaginé une sculpture grandeur nature intitulée The Audience (Le public), composée de cinq personnages d’âges, de nationalités et de sexes différents symbolisant le public sportif.

Xavier Veilhan a dit de The Audience : "La sculpture rend résolument hommage au public des Jeux Olympiques, en allant au-delà des exploits sportifs habituellement célébrés et en attirant l’attention sur des personnages non héroïques, afin de mettre en lumière l’importance du public. Cette année en particulier, le public est en quelque sorte la grande vedette absente des Jeux Olympiques." Et d'ajouter : "The Audience est non seulement le titre de mon œuvre, c'est aussi un résumé de la situation actuelle que nous traversons tous."

L'Agora olympique proposait également une installation photographique de l'artiste japonais Rinko Kawauchi, une série d’œuvres récentes d'artistes olympiens et paralympiens en résidence, une installation multimédia du studio canadien Moment Factory, et une exposition de 145 artefacts provenant des collections du Musée Olympique et mettant à l’honneur certains des moments les plus marquants de l’histoire des Jeux Olympiques.

© IOC

La Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine a par ailleurs présenté The Noren Curtains (les Rideaux noren), un ensemble de créations originales de cinq artistes olympiens et d’un artiste paralympien : Ciara Michel (Grande-Bretagne, volleyball, Londres 2012), Slaven Dizdarević (Slovaquie, athlétisme, Beijing 2008), Kelly Salchow MacArthur (États-Unis, aviron, Athènes 2004 et Sydney 2000), Gregory Burns (États-Unis, natation, Sydney 2000, Atlanta 1996 et Barcelone 1992), Roald Bradstock (Grande-Bretagne, athlétisme, Séoul 1988 et Los Angeles 1984) et Hannah Wilkinson (Nouvelle-Zélande, football, Tokyo 2020, Rio 2016 et Londres 2012). Rendant hommage à l’art des noren japonais, ces panneaux de tissu traditionnels suspendus en guise de rideaux à l’entrée des boutiques et des échoppes, chaque artiste a réalisé une série de panneaux ou "rideaux" sur le thème de l’esprit et des valeurs olympiques. Pour réaliser leurs œuvres, les artistiques ont eu recours à leur moyen d'expression artistique de prédilection : la photographie, la peinture, le graffiti ou le graphisme. Plusieurs de ces créations ont maintenant été confiées au Musée olympique japonais afin de commémorer l'esprit de la première Agora olympique à Tokyo et d'en pérenniser l'héritage.

De plus, les habitants du quartier de Nihonbashi et les visiteurs présents sur place ont eu l’occasion d’admirer des affiches emblématiques des Jeux Olympiques exposées dans tout le quartier, ainsi qu’une installation grand format représentant une médaille d’or olympique dans l’atrium de la tour Mitsui. En tant que partenaire officiel de l'Agora olympique, Mitsui Fudosan a apporté un large soutien au complexe aménagé à Nihonbashi.

Le président-directeur général de Mitsui Fudosan, Masanobu Komoda, a ainsi déclaré : "Mitsui Fudosan espère promouvoir la vision des Mouvements olympique et paralympique, lesquels ont pour ambition de bâtir un monde meilleur et pacifique. Nous sommes extrêmement honorés de pouvoir apporter notre contribution en tant que partenaire officiel du programme culturel de l'Agora olympique."

Pour conclure, Angelita Teo a rappelé : "En cette période sans précédent, l’Agora olympique à Tokyo a été un symbole tant de la détermination à surmonter les difficultés et de la coopération internationale que du pouvoir que détiennent le sport et les arts de nous soutenir en temps de crise."

Des visites virtuelles de l'Agora olympique et de la programmation y afférente sont mises gratuitement à la disposition du public japonais et étranger jusqu'au 15 octobre à l'adresse suivante : www.olympics.com/olympic-agora.

Actualités liées

Prev
Next
  • Les visites virtuelles de l'Agora olympique Tokyo 2020
    Les fans du monde entier peuvent découvrir la culture olympique grâce aux visites virtuelles de l'Agora olympique
  • Tokyo 2020 Tokyo 2020
    Les artistes olympiens en résidence interprètent les valeurs olympiques au travers d’une série d’œuvres d’art créées pour l’Agora olympique
  • Tokyo 2020 dévoile les affiches emblématiques de ses Jeux Tokyo 2020
    Tokyo 2020 dévoile les affiches emblématiques de ses Jeux
  • Tokyo 2020
    La première Agora olympique, carrefour culturel, s’ouvre à Tokyo
  • Tokyo 2020
    L’Agora olympique, carrefour artistique et culturel, ouvrira ses portes avant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020
  • Actualités du CIO
    La Fondation Olympique pour la Culture et le Patrimoine présente Tomorrow's Leaves, un film d'animation qui s'inspire des valeurs olympiques
back to top