Tokyo 1964 : les Jeux de “science-fiction” qui rassemblèrent une nation entière

Premiers Jeux Olympiques de l’histoire organisés en Asie, les Jeux de Tokyo 1964 furent qualifiés à l’époque de Jeux de ‘‘science-fiction’’, du fait du nombre élevé d’innovations technologiques présentées au cours de cette édition. Les Jeux présentèrent au monde non seulement la technologie japonaise, mais permirent également d’accélérer la prise de nombreuses initiatives marquantes pour la ville de Tokyo, de jeter les bases d’actions favorables aux sports communautaires encore maintenues aujourd’hui dans l’ensemble du pays, et de jouer un rôle important afin de redorer le blason du Japon aux yeux du monde, vingt ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Image et relations internationales

Les Jeux Olympiques de Tokyo 1964 furent un succès retentissant pour le Japon, aussi bien sur le plan des relations internationales, en cette période d’après-guerre, que du point de vue de la création d’une nouvelle perception internationale du pays, en tant que nation pacifique, démocratique et technologiquement avancée.

Ces Jeux ont depuis été très largement considérés comme un parfait exemple de réhabilitation de l'image de marque d’une nation grâce à la tenue d’une manifestation sportive. La promotion faite tambour battant des prouesses technologiques japonaises durant les Jeux Olympiques – avec des innovations comme les télédiffusions en direct par satellite – permit au Japon d’élargir ses relations commerciales pour devenir un exportateur de premier rang en matière de produits technologiques.

Développement et participation sur le plan sportif

L’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 fut un véritable moteur dans le développement du sport au Japon, en particulier au niveau communautaire. Les nombreux préparatifs en vue des Jeux donnèrent lieu à la création de l’Association japonaise des clubs de sport pour les juniors (Japan Junior Sports Clubs Association, JJSA), laquelle entraîna l’émergence de clubs sportifs dans l’ensemble du pays, ainsi que la naissance de la ligue nationale de football en 1965.

Une année après la fin des Jeux, le Centre national pour la jeunesse commémorant les Jeux Olympiques fut construit sur une partie du terrain qu’avait occupé le village olympique lors des Jeux de Tokyo 1964 et sert depuis d’espace consacré à l’éducation et à l’entraînement des jeunes. Le Centre a également été choisi comme cadre pour la formation des volontaires de Tokyo 2020.

De plus, les Jeux de Tokyo 1964 eurent pour toile de fond un nouveau mouvement politique ayant pour but de mettre l’accent sur l’importance de l’éducation physique pour la jeunesse de la nation. Des politiques éducatives prônant la pratique des sports tout au long de la vie furent adoptées déjà avant les Jeux, lançant ainsi la ligne suivie au cours des décennies suivantes. Un rapport de recherche établi en 2018 par un institut privé a révélé qu’en comparaison avec d’autres pays à revenus élevés, les niveaux de participation sportive chez les enfants japonais étaient très satisfaisants.

Développement urbain

Par ailleurs, les Jeux Olympiques de Tokyo 1964 accélérèrent la mise en œuvre du plan décennal de développement de la capitale et de sa région, donnant ainsi lieu à des améliorations du réseau routier et des transports, à des projets pour l’hébergement des touristes, ainsi qu’au développement de la zone portuaire et du réseau d’égouts de la ville de Tokyo.

Les deux innovations les plus connues en matière de transports furent, d’une part, le train à grande vitesse, le Shinkansen, qui reliait Tokyo à Osaka en réduisant le temps de trajet de moitié et, d’autre part, le monorail de Tokyo pour les déplacements de l’aéroport Haneda de Tokyo au centre-ville.

Quant au vaste réseau de l’autoroute métropolitaine, il fut également construit afin de soulager la congestion du trafic et améliorer la circulation dans le centre comme en périphérie de la ville. Ce projet fut toutefois controversé, car les plans de construction révélaient que l’autoroute passerait par-dessus le célèbre pont Nihonbashi. C’est pourquoi il est prévu qu’après les Jeux de Tokyo 2020, la section de l’autoroute construite au-dessus du pont devienne souterraine.

Innovations technologiques

Durant les Jeux Olympiques de Tokyo 1964, le Japon sut cultiver aux yeux du monde son image de nation moderne et à la pointe de la technologie, grâce à une large gamme d’innovations technologiques marquantes. Les plus remarquables furent celles lancées sur le plan de la radiodiffusion et qui permirent d’assurer la transmission des Jeux Olympiques en temps réel à un tiers de la population mondiale.

De plus, l’utilisation de microphones pour des prises de son en proximité et la présentation de rediffusions au ralenti intensifièrent considérablement l’expérience des téléspectateurs. Par ailleurs, le recours aux ordinateurs offrait la possibilité d’enregistrer les statistiques et d’afficher à la télévision les temps des athlètes.

Sur le terrain, désignée chronométreur officiel des Jeux Olympiques, l’entreprise Seiko relia le pistolet de départ à une horloge à quartz, ainsi qu’à l’appareil photographique utilisé pour la photo-finish, permettant ainsi l’enregistrement des temps des athlètes au centième de seconde. Cette technologie fit ensuite de Seiko l’entreprise qui lança, en 1969, le premier modèle commercial de montre-bracelet à quartz.

Infrastructures sportives et récréatives durables

Bien qu’un nouveau stade olympique ait été construit pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, cela sur le même site que le stade national qui accueillit les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux de Tokyo 1964, le lien existant entre ces deux éditions olympiques apparaît clairement.

En effet, bon nombre des sites construits pour Tokyo 1964 ont été réaménagés en vue de Tokyo 2020, notamment le centre national de gymnastique Yoyogi (maintenant connu sous le nom de stade national Yoyogi), le centre d’arts martiaux ou Nippon Budokan, le port de plaisance d’Enoshima, le parc équestre et le stand de tir d’Asaka.

Ces sites continuent d’accueillir un large éventail de compétitions internationales majeures et sont utilisés en tant que centres culturels et d’animations polyvalents. Les enfants peuvent, par exemple, suivre les marées et observer les espèces marines au port de plaisance d’Enoshima. Quant au Nippon Budokan, il sert de cadre à des manifestations et cérémonies nationales, de même qu’aux concerts d’artistes de renommée mondiale, tels les Beatles ou le groupe ABBA.

Sources

back to top