Reconnaissants pour le soutien dont ils ont bénéficié pour développer leurs compétences d’athlètes, Akiko et Chris voulaient donner quelque chose en retour.

Découvrez comment les deux athlètes olympiques ont commencé à bâtir leur héritage avant de prendre leur retraite.

Regardez le webinaire et découvrez comment contacter votre Association nationale des olympiens locale et accéder aux subventions de l’Association mondiale d’Olympiens.

Après trois participations aux Jeux Olympiques, Akiko Thomson-Guevara OLY a fondé sa propre école de natation une fois à la retraite ; elle travaille maintenant comme présidente de l’Association des olympiens des Philippines, tandis que Chris Stokes OLY, qui a fait partie de la première équipe de bobsleigh olympique jamaïcaine, siège maintenant au conseil d’administration de l’Association des olympiens de la Jamaïque.

S’adressant à notre hôte habituelle Jeanette Kwakye OLY et répondant aux questions du public, les deux invités ont parlé des difficultés auxquelles ils ont été confrontés immédiatement après leur retraite et de la façon dont ils ont trouvé un nouvel objectif en soutenant la nouvelle génération d’athlètes.

APRÈS M’ÊTRE REPOSÉ SUR TANT D’ÉPAULES, J’AVAIS VRAIMENT BESOIN DE ME DONNER UN NOUVEL OBJECTIF. MAINTENANT, JE DOIS REPRENDRE DES FORCES POUR QUE LA PROCHAINE PERSONNE DE JAMAÏQUE SOUHAITANT DEVENIR BOBEUR PUISSE SE REPOSER SUR MES ÉPAULES. C’EST CE QU’ON APPELLE UN HÉRITAGE.

CHRIS STOKES

Premières étapes pour bâtir un héritage

Les Olympiens ont commencé le webinaire en partageant leurs propres témoignages sur leur accès aux Jeux Olympiques et ce qui les a motivés à bâtir un héritage.

Chris a raconté ses débuts dans le sport. Son pays ayant un si riche héritage en matière d’épreuves d’athlétisme, il avait l’espoir, enfant, de devenir sprinteur.

« Quand j’avais 12 ou 13 ans, à l’école, dans ma première équipe d’athlétisme, mon entraîneur trouvait que j’avais beaucoup de potentiel », explique-t-il. J’ai fait partie de l’équipe, et cet entraîneur m’a emmené jusqu’à sa voiture d’où il a sorti une paire de pointes de sprint. Il a dit : « Elles sont pour toi. Et tu cours [avec l’équipe]. » Cet entraîneur s’appelait Herb McKenley, c’était l’un des meilleurs sprinteurs de tous les temps.

« Le fait est que Herb s’est construit sur ce que d’autres avaient fait, avant de revenir en Jamaïque pour y planter une graine qui allait devenir un jour le bobsleigh jamaïcain. Après m’être reposé sur tant d’épaules, j’avais vraiment besoin de me donner un nouvel objectif. Maintenant, je dois reprendre des forces pour que la prochaine personne de Jamaïque souhaitant devenir bobeur puisse se reposer sur mes épaules. C’est ce qu’on appelle un héritage. »

Akiko dirige maintenant une école de natation qui rencontre beaucoup de succès aux Philippines, mais a avoué qu’elle n’imaginait pas prendre ce chemin au départ.

« Je pensais sincèrement que je ne deviendrais jamais enseignante après ma carrière d’athlète. L’occasion s’est présentée, j’ai tenté, et ça a été un véritable bonheur.

J’ai toujours été impliquée dans le sport à un titre ou à un autre. Cela a façonné la personne que je suis et a eu beaucoup d’importance pour moi. Je ne pouvais que m’impliquer d’une manière ou d’une autre. Je voulais juste [donner en retour] par gratitude. »

S’inspirer de la retraite

Partir à la retraite après une carrière sportive peut être le moment le plus difficile pour les athlètes. On se demande où on va. C’est peut-être le moment idéal pour donner en retour aux personnes et aux communautés qui vous ont aidé à réaliser vos rêves.

Chris a admis à quel point la vie était difficile pour lui une fois qu’il a cessé de concourir, mais il pense que donner en retour fait partie de la vie d’un athlète.

« Je me suis réveillé un matin et j’étais juste Chris Stokes, un type ordinaire. Je n’étais plus sur le terrain. Ça a été une période très difficile de ma vie.

Mais cet OLY après mon nom signifie que j’ai un talent et que je fais partie du mouvement de l’Olympisme. Je vois l’héritage comme un devoir. Développer un héritage est pour moi la chose la plus importante pour un olympien. »

Découvrez comment souscrire votre propre titre OLY avec la WOA

Trouver du soutien

Pour vous impliquer dans la construction de votre propre héritage, il est important de solliciter l’aide d’autres personnes. Les Associations nationales olympiques (ANO) sont des organisations reconnues par leurs Comités Nationaux Olympiques, dont l’objectif primordial est de donner aux Olympiens les moyens de rendre le monde meilleur.

Et Akiko croit que le simple fait de contacter votre ANO locale peut être le début d’une nouvelle aventure.

« S’il existe une ANO dans votre pays, c’est un plaisir de s’impliquer, a-t-elle déclaré aux participants du webinaire. Plus il y a de gens à s’impliquer, plus les possibilités sont grandes. Si vous savez ce que vous voulez faire [pour donner en retour], vous devez aussi trouver d’autres personnes enthousiastes ! »

Citoyens du monde

Pour conclure le webinaire, un membre du public a demandé à Chris comment il pouvait contribuer à construire un héritage dans un pays où il n’est pas né.

« En tant qu’athlète olympique, vous êtes un citoyen du monde », a déclaré Chris. « Vous avez votre place, où que vous vous trouviez. Commencez simplement par de petites choses et aidez une seule personne, puis deux, puis trois. Ne vous découragez pas et faites preuve d’audace. »

Notre série de webinaires

Le webinaire était le dernier de notre série consacrée à l’autonomisation et au soutien. Les webinaires précédents ont apporté des idées provenant d’un large éventail de participants, des champions olympiques tels qu’Eliud Kipchoge, Aksel Lund Svindal et Ashton Eaton, à l’experte en santé mentale Dr Claudia Reardon. Notre dernier épisode a vu Akiko et Chris discuter de la façon dont ils ont réussi à construire des héritages sportifs après leurs multiples apparitions aux Jeux Olympiques.

Cliquez sur les liens suivants pour en savoir plus sur la manière dont vous pouvez vous souscrire à votre propre titre OLY, à une adresse e-mail Olympian.org ou en savoir plus sur la WOA.