L’athlète néo-zélandaise spécialiste des courses de demi-fond Nikki Hamblin a remporté deux médailles aux Jeux du Commonwealth au cours d’une longue et brillante carrière dans l’athlétisme.

Après avoir pris sa retraite du sport de haut niveau, elle a obtenu le master MAiSI et se sert à présent de ses connaissances pour consacrer sa nouvelle vie professionnelle à ses passions.

La Solidarité Olympique octroie des bourses à des athlètes olympiques sélectionnés pour suivre le MAiSI de 2022-2024. Découvrez comment postuler ici.


Au moment de la retraite, il est assez difficile mentalement de se dire que l’on va recommencer au bas de l’échelle. Je ne savais pas exactement dans quoi je voulais me lancer, mais faire des études m’a donné plus d’options.

Nikki Hamblin

J’ai obtenu le master en éthique et intégrité du sport (MAiSI) l’été de l’année dernière, grâce à la bourse de la Solidarité Olympique et au Comité National Olympique (CNO) de Nouvelle-Zélande qui a validé ma demande de bourse. Chaque CNO se voit allouer un budget de la Solidarité Olympique et est en mesure de décider des bénéficiaires des bourses.

Je ne savais pas grand-chose du MAiSI quand j’ai postulé, mais toute ma carrière sportive a été marquée par une succession de réussites et d’échecs parce que j’ai toujours saisi les opportunités qui s’offraient à moi. C’est un état d’esprit. On ne saura jamais si on n’essaie pas. Et moi je veux savoir ! Je ne peux que recommander aux athlètes de postuler au programme MAiSI avec l’aide de la Solidarité Olympique.

L’arrêt des compétitions a été difficile. Je n’avais rien connu d’autre pendant 10 ans. Je me suis demandé ce que j’allais faire si j’arrêtais de courir et d’être une athlète de haut niveau. Dans quoi allais-je m’épanouir ? Quelle serait ma carrière ?

J’avais un peu travaillé pour Drug Free Sport New Zealand et ça m’avait plu, donc j’ai vu le MAiSI comme une occasion d’accroître mes connaissances sur le domaine de l’intégrité et de faire avancer les choses. Je suis ravie d’avoir saisi cette opportunité.


La compétition de haut niveau est tellement dévorante que je pense qu’il est essentiel de faire autre chose, que ce soit pour sa santé mentale ou pour se préparer à la vie après le sport.

Nikki Hamblin

Accepter les points de divergence

J’ai toujours travaillé ou étudié parallèlement à ma carrière sportive. Je suis vraiment contente de l’avoir fait. Au moment de la retraite, il est assez difficile mentalement de se dire que l’on va recommencer au bas de l’échelle. Je ne savais pas exactement dans quoi je voulais me lancer, mais faire des études m’a donné plus d’options.

Les études ne sont pas faites pour tout le monde. Vous n’êtes pas obligé(e) d’obtenir un diplôme ou certaines qualifications. Toutefois, je pense que tous les athlètes devraient essayer de faire quelque chose en dehors de la compétition. Le sport, c’est important. Gagner, c’est important. La compétition de haut niveau est tellement dévorante que je pense qu’il est essentiel de faire autre chose, que ce soit pour sa santé mentale ou pour se préparer à la vie après le sport. De plus, je pense que j’ai été meilleure en compétition quand je faisais autre chose à côté que lorsque ce n’était pas le cas. D’autres athlètes m’ont dit avoir le même ressenti.

Un savoir expert

Le master MAiSI m’a ouverte à de nouveaux pans de l’intégrité dans le sport. Quand j’étais en compétition, j’étais tellement concentrée sur ma qualification pour les Jeux Olympiques que rien d’autre ne m’intéressait. J’avais des connaissances assez limitées sur un bon nombre de questions. Avec ce programme, j’ai appris que les problèmes d’intégrité ne sont pas isolés. Ils sont interconnectés, tout comme leurs solutions. Je pense que les athlètes, qu’ils soient à la retraite ou encore en compétition, peuvent tous bénéficier d’un approfondissement de leurs connaissances.


Je pense que les athlètes, qu’ils soient à la retraite ou encore en compétition, peuvent tous bénéficier d’un approfondissement de leurs connaissances.

Nikki Hamblin

Les maîtres de conférences et les intervenants invités étaient incroyables. J’ai particulièrement apprécié d’avoir accès à des personnes avec autant de savoir et d’étudier aux côtés de gens de tous les horizons.

Pour ma carrière, faire figurer le MAiSI sur mon CV attire clairement l’attention. J’ai pu développer un grand nombre de mes compétences et j’ai gagné en assurance. Depuis mon diplôme, je continue de m’intéresser à la lutte contre le dopage et j’ai eu la chance de participer à des projets passionnants avec des organisations telles que l’Agence internationale de contrôle et le CIO.

La date limite de candidature à une bourse de la Solidarité Olympique pour le MAiSI est le 15 mars 2022.