World Rowing a présenté en 2019 une nouvelle politique de préservation menée par les athlètes, motivée par la prise de conscience du soutien dont les athlètes ont besoin en cas de harcèlement ou d’abus.

Elle a élargi la politique en introduisant davantage de pédagogie et une plus grande prise de conscience sur la protection par le biais d’une série de webinaires interactifs.

Frida Svensson, présidente de la CA, explique la culture de respect et d’ouverture prônée, ainsi que les modes de sensibilisation envisagés pour 2021 et au-delà.

En 2019, la conception et la mise en œuvre par World Rowing d’une nouvelle politique de protection ont été dirigées par sa commission des athlètes et la nomination en 2018 d’un groupe de travail sur la protection, centré sur les athlètes, responsable de l’élaboration des politiques et des procédures et guidé par un groupe consultatif composé de bénévoles du monde entier expérimentés en matière de protection.

Suite à des réunions de la CA qui ont permis de souligner le nombre de victimes de harcèlement ou d’abus, chez les athlètes ou dans leur entourage proche, Lenka Dienstbach-Wech, ancienne présidente de la CA, a compris la nécessité d’introduire des réformes et a souhaité que le processus soit dirigé par des athlètes. Aujourd’hui présidée par Frida Svensson, la CA poursuit les progrès visant à instaurer un environnement plus sûr pour les rameurs.

Lenka Dienstbach-Wech donne des conseils pour l’instauration de politiques de protection plus efficaces dans le sport

En mars 2021, World Rowing a organisé une série de trois webinaires interactifs à l’intention de tous les membres. Chacun est composé d’un panel d’experts. Les sujets abordés comprenaient la nature de la protection et la manière dont elle doit être gérée, la perspective des athlètes et des entraîneurs sur l’instauration d’un environnement sûr et des conseils pratiques pour le développement de politiques et de procédures à l’intention des fédérations membres.

Un projet de protection sous l’égide des membres de la CA

Frida a expliqué que les bases de l’initiative ont été jetées par les membres de la CA, qui ont travaillé sur le projet de protection depuis qu’ils ont reçu une formation externe en 2018 pour concevoir et mettre en œuvre la nouvelle politique. Des modules de formation à la sensibilisation ont également été créés et dispensés aux membres du conseil de World Rowing et aux nouveaux agents de protection des événements.

« Depuis 2018, tous les membres de la commission ont accès à une formation sur la protection dans le cadre de réunions conjointes de la commission. Les membres de la CA et les nouveaux agents de protection des événements suivent un parcours d’intégration et sont soutenus dans leur fonction par une présentation dispensée par au moins un membre du groupe consultatif sur la protection », a expliqué Frida. « Nous fournissons également une assistance en temps réel par visioconférence et WhatsApp. »

En outre, Frida a expliqué comment les Championnats du monde d’aviron ont été utilisés comme plateforme pour sensibiliser la communauté des athlètes et des entraîneurs à la protection, avec la mise en place d’agents de protection des événements et d’un affichage sur l’ensemble du site.

Avancer dans la bonne direction

La sensibilisation et l’éducation de la communauté des rameurs ont été cruciales. Frida a poursuivi en expliquant que le désir « d’instaurer une culture de respect et d’ouverture au sein du sport » est au cœur de leur engagement à promouvoir la compréhension de la protection.

S’appuyant sur le succès de sa récente série de webinaires, la CA est maintenant impatiente de tenir des séances réservées aux athlètes avec contenus personnalisés en fonction du continent/de la région. Elle envisage également d’ajouter plus de ressources sur sa page web dédiée à la protectionet d’introduire des séances de questions-réponses en direct pour que les athlètes puissent parler librement entre pairs, tout en continuant d’examiner et d’affiner les politiques et les procédures en fonction des nouvelles préoccupations et des nouveaux dossiers.

« Le travail qui nous attend est colossal, mais nous sommes très fiers d’être arrivés jusqu’ici. Nous constatons que les fédérations membres mettent en œuvre des politiques de sauvegarde à l’échelle nationale, c’est un pas dans la bonne direction », a déclaré Frida.

« Il s’agit de créer des environnements d’entraînement sûrs pour les athlètes, les entraîneurs et les membres du personnel, non seulement pour la communauté au sein de laquelle nous évoluons, mais aussi pour les futurs athlètes et rameurs du monde entier. Personne ne doit rester seul ni avoir honte de s’exprimer ou de demander de l’aide » a-t-elle ajouté.


Il s’agit de créer des environnements d’entraînement sûrs pour les athlètes, les entraîneurs et les membres du personnel, non seulement pour la communauté au sein de laquelle nous évoluons, mais aussi pour les futurs athlètes et rameurs du monde entier. Personne ne doit rester seul ni avoir honte de s’exprimer ou de demander de l’aide.

Frida Svensson

Nous nous engageons à protéger les athlètes et à mettre fin à toutes les formes d’abus et de harcèlement dans le sport. Vous pouvez contribuer à créer un environnement sportif plus sûr en accédant à nos outils et ressources exclusifs, notamment la boîte à outils du CIO dédiée à la protection.