Le but de la Solidarité Olympique est d’aider les CNO à soutenir leurs athlètes et entraîneurs, en prêtant une attention particulière à ceux qui ont le plus besoin de soutien.

Le rapport 2017-2020 démontre l’impact de la Solidarité Olympique sur les entraîneurs dans le monde, à travers des programmes tels que les cours techniques et les bourses individuelles olympiques destinés aux entraîneurs.

La Solidarité Olympique a également aidé les pays disposant de moins de ressources à améliorer leurs structures sportives et d’entraînement grâce au programme de développement du système sportif national.


Sans cette bourse, je n’aurais jamais eu les moyens de suivre la formation diplômante d’entraîneur de l’UCI, proposée au World Cycling Centre à Aigle (Suisse). Ce diplôme représente un moment charnière dans mon développement personnel et le développement du cyclisme au Lesotho.

Mark West

Qu’est-ce que la Solidarité Olympique ?

La première ébauche de Solidarité Olympique a vu le jour en 1960 sous la forme d’un programme d’assistance aux pays, et plus particulièrement aux pays nouvellement indépendants, afin de les aider à créer et développer leurs propres Comités Nationaux Olympiques (CNO). Cette initiative s’inscrivait dans un objectif plus large de développer le sport et de promouvoir les valeurs olympiques à l’échelle mondiale.

En plus des bourses pour les athlètes, la Solidarité Olympique offre bon nombre de programmes qui contribuent à la formation des entraîneurs et des administrateurs sportifs et apportent aux CNO le soutien nécessaire à l’amélioration de leurs structures sportive et administrative à long terme.

Au cours des quatre dernières années (2017-2020), des milliers d’entraîneurs ont suivi des cours techniques et reçu des bourses olympiques par le biais de la Solidarité Olympique, tandis que plus de 100 CNO ont profité des programmes de développement du système sportif national.

Voici quelques exemples du soutien offert par la Solidarité Olympique aux entraîneurs et au développement technique du sport ces dernières années, décrits dans le rapport 2017-2020 :

Consultez le rapport ici.


Notre objectif était d’améliorer l’organisation des clubs et la formation des entraîneurs. Le programme de développement du système sportif nous a permis d’y parvenir.

Teodor Sheytanov

Former les entraîneurs

Les cours techniques pour les entraîneurs sont depuis longtemps considérés comme un immense succès. Ainsi, entre 2017 et 2020, 175 CNO ont postulé à au moins une formation. Ces formations sont déclinées en plusieurs niveaux et proposées aux entraîneurs officiels et actifs, avec l’appui d’experts nommés ou approuvés par la Fédération Internationale (FI) concernée.

Outre la formation technique, ces cours viennent également enrichir les connaissances des entraîneurs sur des sujets importants comme la lutte contre le dopage, l’égalité des sexes, la protection des athlètes, etc. Plus de 17 000 entraîneurs y ont participé à travers le monde. L’Afrique est le continent ayant le plus bénéficié de ces formations au cours de cette dernière période de quatre ans.

Il existe également une formation constituée de modules pour les juges et arbitres, en lien avec les cours techniques pour les entraîneurs, car ce type de formation spécifique demeure la prérogative des FI.

Bourses olympiques pour les entraîneurs

Ce programme a pour but d’aider les entraîneurs actifs et nationalement reconnus à bénéficier d’une formation continue de haut niveau dans un sport particulier ou d’autres domaines d’expertise à travers différents types de formations : formation en sciences du sport dans des centres sportifs de haut niveau ou des universités, en présentiel ou en ligne ; et formation spécifique à un sport permettant aux entraîneurs d’enrichir et de revoir leurs connaissances à propos d’un seul sport.

Mark West est responsable d’équipe pour le collectif de VTT ACE-The Sufferfest, basé au Lesotho. Il a eu la chance de bénéficier d’une bourse olympique : « Sans cette bourse, je n’aurais jamais eu les moyens de suivre la formation diplômante d’entraîneur de l’UCI, proposée au World Cycling Centre à Aigle (Suisse). Ce diplôme représente un moment charnière dans mon développement personnel et le développement du cyclisme au Lesotho. »

Développer les structures sportives

Le programme de développement du système sportif national s’adresse principalement aux CNO au sein du Mouvement olympique qui ne disposent pas d’un nombre suffisant de structures sportives et d’entraînement. Dans le cadre de ce programme, un expert international soutient la mise en œuvre d’un plan d’action à moyen ou à long terme qui met l’accent sur la formation d’entraîneurs locaux, d’autres membres de l’entourage ou d’administrateurs qui contribueront à améliorer les structures du CNO au fil du temps.

Pendant la période 2017-2020, 111 CNO ont mis en œuvre 217 projets qui ont concerné plus de 8 500 (à confirmer) entraîneurs sur les cinq continents. Teodor Sheytanov, secrétaire général de la Fédération équestre bulgare, a constaté de ses propres yeux les conséquences positives de ce programme sur une structure sportive : « Notre objectif était d’améliorer l’organisation des clubs et la formation des entraîneurs. Le programme de développement du système sportif nous a permis d’y parvenir. »

La page d’Athlete365 sur la Solidarité Olympique contient des informations sur les différents programmes mis à votre disposition et celle de votre CNO.