Le statut de sports additionnels a été confirmé pour le skateboard, l’escalade, le surf et le breakdance, sur la base de la proposition adressée par le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cette nouvelle flexibilité fait partie des réformes de l’Agenda olympique 2020. Cette décision contribuera à rendre les Jeux Olympiques de Paris 2024 adaptés au monde post-coronavirus.

Nous avons présenté ici le calendrier des décisions et les organisations impliquées dans le processus de prise de décision pour le programme des Jeux Olympiques de Paris 2024.

 

Sports déjà existants
Programme
Nouveau(x) sport(s)
Proposition du COJO
Épreuves
Programme
Qui formule la proposition ? La CPO Le COJO Les FI
Qui étudie/approuve la proposition ? La CE du CIO

Suivi de

Une session du CIO

La CPO

Suivi de

La CE du CIO

Suivi de

Une session du CIO

La CPO
(En consultation avec le COJO)La CE du CIO
Calendrier 7 ans avant 4-5 ans avant 3-5 ans avant
(La CE finale du CIO après les éditions précédentes des Jeux)

CPO : Commission du programme olympique
CE du CIO : Commission exécutive du CIO
COJO : Comité d’organisation des Jeux Olympiques
FI : Fédérations Internationales

Le programme olympique est le programme de toutes les compétitions sportives établi par le CIO pour chaque édition des Jeux Olympiques.

Il inclut deux composantes, à savoir :

  • Le programme sportif, qui regroupe tous les sports d’une édition spécifique des Jeux Olympiques entérinés lors d’une Session du CIO parmi les sports régis par les Fédérations Internationales (FI) reconnues par le CIO ; par exemple, Tokyo 2020 et Paris 2024 comprendront respectivement 33 et 32 sports.
  • Le programme des épreuves, qui inclut toutes les épreuves déterminées par la commission exécutive du CIO pour une édition spécifique des Jeux Olympiques ; par exemple, Tokyo 2020 et Paris 2024 comprendront respectivement 339 et 329 épreuves.

Le comité d’organisation d’une édition spécifique des Jeux Olympiques (COJO) peut proposer au CIO d’inclure, pour cette édition uniquement, une ou plusieurs épreuves supplémentaires ; par exemple, le comité d’organisation de Paris 2024 a proposé au CIO d’intégrer 12 épreuves suggérées par quatre FI reconnues par le CIO, ce qui a permis d’inclure quatre sports additionnels, à savoir le breakdance, le skateboard, l’escalade et le surf.

Le cadre du programme des épreuves et le quota d’athlètes de Paris 2024 est le reflet de la Charte olympique, de l’Agenda olympique 2020 et de la Nouvelle norme.

Avec le passage à un programme olympique centré sur les épreuves dans le cadre de l’Agenda olympique 2020, la Règle 45 de la Charte olympique stipule que le programme des Jeux Olympiques comprend environ 10 500 concurrents et 310 épreuves. L’Agenda olympique 2020 souligne également la nécessité d’atteindre la parité des sexes, d’encourager l’innovation par le biais de la jeunesse, de promouvoir le développement durable et de réduire le coût et la complexité d’ensemble des Jeux.

Ce cadre d’épreuves et de quotas d’athlètes se traduit également en grands principes établis par la commission exécutive du CIO le 18 juillet 2018 et réitérés le 10 juin 2020 sur recommandation de la commission du programme olympique (ces principes ont été repris dans un communiqué de presse du CIO de la même date) :

  • Ramener le nombre global d’athlètes (notamment pour tous les nouveaux sports) à 10 500 ;
  • Parvenir, dans la mesure du possible, à une participation égale des hommes et des femmes aux Jeux Olympiques dans l’ensemble des niveaux des épreuves et des disciplines ;
  • Donner la priorité aux nouvelles épreuves dont le nombre d’athlètes n’excède pas le quota existant pour le sport en question ;
  • Ajouter de nouvelles épreuves uniquement si elles peuvent être organisées sur des sites existants.

La situation exceptionnelle causée par la pandémie de COVID-19 a incité la commission exécutive du CIO à s’engager à réduire le coût et la complexité des Jeux Olympiques et souligné ainsi la nécessité de limiter le programme olympique dans le contexte actuel, dans le cadre de l’approche plus globale de l’optimisation des Jeux et de leur adaptation à un monde post-coronavirus.

Les échéances de définition du programme d’épreuves de Paris 2024 avaient été initialement approuvées par la commission exécutive du CIO en juin 2017 et prévoyaient une décision finale de la commission exécutive du CIO en décembre 2020. Elles correspondaient alors aux dates initiales des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, permettaient d’éventuelles observations nécessaires pendant les Jeux et étaient conformes à la Règle 45 de la Charte olympique, qui précise que la commission exécutive du CIO doit finaliser le programme des épreuves trois ans au plus tard après les Jeux Olympiques.

Le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à 2021 a imposé une révision du calendrier. Cet examen a tenu compte de l’impact sur les principales parties prenantes, notamment le Comité d’organisation de Paris 2024, les FI, les CNO, et évidemment les athlètes, ainsi que de leurs impressions respectives.

Suite à ces consultations, le 10 juin 2020, la commission exécutive du CIO a décidé de maintenir l’échéance de décembre 2020 afin de donner des certitudes nécessaires à la planification à toutes les parties concernées. Cette décision aidera en outre les athlètes à se préparer et à s’assurer les financements nécessaires de la part des organismes compétents, tandis que Paris 2024, les FI et les CNO pourront avancer dans la préparation des sites et la planification, tant financière que logistique.

Les étapes-clés du processus approuvé et validé sont les suivantes :

  • 28 février 2020 – Date limite de soumission des questionnaires des FI

Les Fédérations Internationales olympiques avaient jusqu’à cette date pour soumettre au CIO d’éventuelles propositions de modification des épreuves, des quotas d’athlètes et des formats de compétition.

  • Mars – novembre 2020 – Consultation FI/Paris 2024

Suivi des discussions avec les FI et le comité d’organisation de Paris 2024 pour évaluer la valeur ajoutée, le coût et la complexité des nouvelles épreuves proposées, ainsi que la révision du programme actuel.

  • 7 décembre 2020 – Réunion de la commission exécutive du CIO

La CE du CIO a finalisé la composition des épreuves et les quotas d’athlètes pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, en tenant compte des épreuves des quatre sports supplémentaires proposés par le comité d’organisation, sur la base des recommandations de la commission du programme olympique.

Les représentants des athlètes ont pris part à chaque étape du processus décisionnel, et plus précisément :

  • FI : en fonction du processus interne de chaque FI, les commissions des athlètes respectives ont été impliquées de différentes manières afin de finaliser la demande des FI au CIO (par exemple, participation du président de la commission des athlètes de la FI au vote sur le programme de la commission exécutive/du comité de la Fédération, consultation directe avec la commission des athlètes de la FI concernée et/ou la communauté des athlètes de la discipline/du sport concerné).
  • CPO : deux membres de la commission des athlètes du CIO sont également membres à part entière de la commission du programme olympique, avec plein droit de vote.
  • CE du CIO : la présidente de la commission des athlètes du CIO est également membre à part entière de la commission exécutive du CIO, avec plein droit de vote.

Le CIO a également donné suite aux demandes de clarification émanant des commissions des athlètes des FI en organisant des conférences dédiées afin de fournir les détails nécessaires sur le processus et les points importants.

Le programme des épreuves de Paris 2024 atteint les objectifs suivants :

  • Une participation égale entre hommes et femmes (50 % très précisément), à la suite de l’équilibre entre les sexes auquel parviendront les Jeux de Tokyo 2020 avec 48,8 % de concurrentes en lice.
  • Une augmentation du nombre d’épreuves mixtes – de 18 à 22 – par rapport aux Jeux de Tokyo.
  • Le statut de sports additionnels a été confirmé pour le skateboard, l’escalade, le surf et le breakdance, sur la base de la proposition adressée par le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024. Le breakdance fera ses débuts aux Jeux Olympiques.
  • Diminution du nombre total d’athlètes en compétition (nouveaux sports compris), soit 10 500 participants très exactement ;
  • Réduction du nombre total d’épreuves, avec un programme composé en définitive de 329 épreuves.

En plus de ce qui précède, les modifications d’épreuves suivantes sont recommandées afin d’intégrer huit nouvelles épreuves au programme :

  • Athlétisme : une nouvelle épreuve mixte (format à déterminer) en remplacement du 50 km marche hommes.
  • Boxe : une nouvelle catégorie de poids en boxe féminine en remplacement d’une catégorie de poids chez les hommes.
  • Canoë : deux épreuves de slalom extrême en canoë (1H/1F) en remplacement de deux épreuves de sprint (1H/1F).
  • Voile : ajout de trois épreuves mixtes, notamment du kitesurf et une épreuve mixte de 470 – dériveur biplace, en remplacement des épreuves masculine et féminine du 470 – dériveur biplace et du finn – dériveur monoplace homme.
  • Tir : une nouvelle épreuve par équipes mixtes de skeet en tir en remplacement de la fosse olympique par équipes mixtes.

Le tableau récapitulatif ci-dessous met en évidence les différences par rapport à Tokyo 2020 :

Tokyo 2020 Paris 2024 Diff.

H

F Mixte TOT. H F Mixte

TOT.

Quotas d’athlètes

28 sports

5421 5197 10618 5134 5134 10268

-350

Sports proposés par le COJO

264 210 474 116 116 232

-242

TOTAL

5685 5407 11092 5250 5250 10500

-592

Épreuves

28 sports

156 147 18 321 150 145 22 317

-4

Sports proposés par le COJO

9 9 18 6 6 12

-6

TOTAL 165 156 18 339 156 151 22 329

-10

Les décisions suivantes doivent être finalisées conformément au calendrier indiqué :

1. Finalisation des épreuves en attente

  • Athlétisme

La suppression du 50 km marche hommes a offert la possibilité à World Athletics de remplacer cette épreuve par une épreuve mixte, ce qui a permis de parvenir à l’égalité absolue entre les sexes tout en conservant le même nombre d’épreuves d’athlétisme qu’aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (à savoir 48).

L’épreuve mixte de remplacement en question pourrait être soit une épreuve de marche soit une course, pour autant que l’épreuve et le format de la compétition soient adaptés aux sites/parcours existants.

La commission exécutive du CIO a également reconnu qu’il était nécessaire de donner à World Athletics le temps de finaliser sa proposition portant sur une épreuve mixte qui réponde aux conditions susmentionnées ; la FI aura ainsi jusqu’au 31 mai 2021 pour confirmer sa proposition.

  • Voile

La commission exécutive du CIO s’est déclarée favorable à l’ajout d’une épreuve mixte de kitesurf et d’une épreuve mixte de 470 – dériveur biplace. Elle a par ailleurs décidé de procéder à un examen complémentaire de l’épreuve mixte en mer afin d’évaluer comme il se doit les principaux aspects que sont les coûts, la sûreté et la sécurité des athlètes. Une décision sera prise d’ici au 31 mai 2021.

2. Finalisation des formats de compétition

La commission exécutive du CIO a reconnu les enjeux posés par le contexte de COVID-19 dans les essais des nouveaux formats de compétition proposés pour le pentathlon moderne et le tir par les FI respectives et confirmé un créneau pour finaliser ces propositions d’ici au 31 mai 2021.

3. Finalisation des catégories de poids

Les catégories de poids spécifiques pour la boxe et l’haltérophilie seront finalisées par la commission exécutive du CIO au cours du 4e trimestre 2021.

Sur 27 FI olympiques, le CIO a reçu 20 requêtes pour inclure de nouvelles épreuves, augmenter les quotas d’athlètes, ou les deux, ce qui représente au total 46 nouvelles épreuves, dont cinq devaient potentiellement remplacer des épreuves existantes.

Il est également important de souligner que :

  • Ces demandes des FI ont été officiellement soumises dans le cadre de l’envoi du questionnaire en février 2020, avant l’émergence de la pandémie mondiale de COVID-19 ; et
  • Plusieurs de ces demandes ont été examinées plus en détail par les FI concernées en raison de consultations ultérieures et/ou de processus d’approbation internes.

Il convient également de noter que, suite à la communication de la commission exécutive du CIO à toutes les FI en juin 2020 sur l’importance accrue de réduire les coûts et la complexité en raison de la COVID-19, peu de FI ont pris la décision de retirer leurs demandes.

Toutes les FI qui ont présenté une demande d’épreuves supplémentaires ont également eu la possibilité de déterminer si la priorité était de confirmer le programme d’épreuves actuel ou d’envisager un remplacement afin d’éviter une hausse du nombre d’épreuves à partir de Tokyo 2020, l’un des principaux facteurs de coût et de complexité.

Pour réexaminer le programme d’épreuves de Paris 2024, la commission du programme olympique s’est appuyée sur le succès du programme olympique de Rio 2016 et les innovations introduites dans le programme des sports et des épreuves de Tokyo 2020. Tokyo 2020 inaugure 18 nouvelles épreuves centrées sur la jeunesse, tout en augmentant sensiblement l’égalité des sexes et en réduisant le nombre total d’athlètes dans les 28 sports du programme initial.

En plus de respecter les principes précédemment établis, la Commission exécutive du CIO a ainsi décidé d’adopter l’approche suivante afin de garantir des mesures équitables et objectives pour l’ensemble des FI et des sports :

1. Quotas d’athlètes

Il y a eu une réduction des quotas de 286 athlètes dans les 28 sports du programme sportif initial entre Rio 2016 et Tokyo 2020. Pour atteindre l’objectif des 10 500 concurrents (nouveaux sports compris) pour Paris 2024, il était nécessaire de procéder à une réduction globale supplémentaire de 366 athlètes sur l’ensemble du programme olympique.

Afin de mettre en œuvre une approche proportionnée et de se concentrer sur les sports qui pourraient le mieux absorber la réduction des quotas d’athlètes sans réduire de manière significative leur universalité, leur valeur et leurs normes de compétition, la commission exécutive du CIO a établi les principes suivants sur la base des recommandations de la commission du programme olympique :

  • Aucune augmentation des quotas d’athlètes dans l’ensemble des 28 sports à partir de Tokyo 2020
  • La réduction du quota d’athlètes est proportionnée et fondée sur les aspects suivants :
    • L’attribution de quota existante par sport/discipline/épreuve
    • La réduction précédente du quota entre Rio 2016 et Tokyo 2020
    • La flexibilité des ajustements du quota des sports individuels par rapport aux sports d’équipe
    • Les considérations de la commission exécutive du CIO (haltérophilie et boxe)

2. Atteindre 50 % de participation féminine

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 seront les premiers Jeux à assurer l’égalité des sexes, avec un taux de participation féminine de 48,8 % dans l’ensemble du programme et un équilibre complet dans 21 des 28 sports olympiques du programme sportif initial.

Le principe établi par la commission exécutive du CIO pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 d’atteindre 50 % de participation féminine aux Jeux Olympiques a incité les sept FI restantes à promouvoir ou garantir chaque fois que possible la pleine égalité des sexes au niveau des épreuves et des disciplines.

3. Nombre d’épreuves et approche centrée sur les athlètes

Le nombre total d’épreuves et le nombre existant d’épreuves par sport sont deux éléments déterminants pour éviter l’accroissement du programme olympique dans le contexte actuel. Il était important de ne pas augmenter le nombre d’épreuves du programme olympique, tout en reconnaissant l’impact positif que plusieurs nouvelles épreuves proposées pouvaient apporter aux futurs Jeux Olympiques.

Qui plus est, la commission exécutive du CIO s’est efforcée de rassurer les athlètes en ces temps difficiles, conformément à la démarche du CIO et du comité d’organisation de Paris 2024, qui entend donner la priorité aux athlètes. Elle s’est donc concentrée sur l’extension du statut olympique de la grande majorité des épreuves actuelles afin de faciliter la planification et le financement des athlètes pour le prochain cycle olympique (compte tenu de la courte période qui sépare Tokyo 2020 de Paris 2024, notamment de la date du début des qualifications pour Paris 2024, qui devraient enchaîner avec Tokyo 2020).

Dans ce contexte, la commission exécutive du CIO a pris les décisions suivantes (sur la base des recommandations adressées par la commission du programme olympique) :

  • Aucune augmentation du nombre total d’épreuves entre Tokyo 2020 et Paris 2024
  • Aucune augmentation du nombre d’épreuves sur les 28 sports à partir de Tokyo 2020
  • Principes appliqués avec équité et cohérence dans tous les sports

En cas de changement d’épreuves, la commission exécutive du CIO a dûment pris en considération l’impact sur les athlètes, étant entendu que toute modification apportée à un programme d’épreuves offre de nouvelles opportunités à un groupe d’athlètes tout en étant moins favorable à d’autres. Dans ce contexte de décisions difficiles, l’assurance de trouver un cheminement vers des qualifications olympiques et des possibilités de médailles était un aspect essentiel pour protéger les intérêts des athlètes concernés.

Il convient de noter que tout changement d’épreuve était en réalité lié aux demandes formelles présentées par les FI respectives, qui résultaient elles-mêmes d’un processus décisionnel interne.

4. Vision de Paris 2024 et innovation continue

Pour finaliser le programme des épreuves, la commission exécutive du CIO s’est appuyée sur le succès du programme olympique de Rio 2016 et sur les innovations introduites dans le programme des sports et des épreuves de Tokyo 2020. Cette approche s’inscrit dans la vision de Paris 2024 de Jeux socialement responsables centrés sur la jeunesse et reconnaît également les innovations et les économies possibles introduites ces dernières années par les FI dans leurs propres compétitions et épreuves.

C’est dans ce cadre que la Commission exécutive du CIO a examiné les demandes de modification du programme d’épreuves de Paris 2024 présentées par les FI. L’accent sur les innovations de rentabilité en matière de conception de sites, de format de compétition, de présentation d’épreuves et de possibilités d’engagement (physiques et numériques) continuera d’être pris en compte à chaque étape, conformément à la vision collective du CIO, de Paris 2024, de l’OBS et des FI.

Contexte

Le programme olympique est développé en étroite consultation avec le comité d’organisation de Paris 2024, les Fédérations Internationales (FI), les Comités Nationaux Olympiques (CNO) et les athlètes, avant d’être finalisé par la commission exécutive du CIO sur la base des recommandations de la commission du programme olympique.

En raison de la situation exceptionnelle causée par la pandémie de COVID-19, le CIO et Paris 2024 se sont engagés à réduire le coût et la complexité des Jeux Olympiques.

Cette priorité, conformément à l’Agenda olympique 2020, a été communiquée aux FI en juin 2020 lorsque la CE du CIO a rappelé l’importance capitale de la réduction des coûts et la complexité de l’organisation des Jeux Olympiques.