Le surf, le karaté, l’escalade sportive et le skateboard feront tous leurs débuts olympiques à Tokyo 2020.

Le baseball et le softball, absents de la compétition depuis 2008, seront de nouveau à l’affiche.

Les athlètes ont été au cœur des préparatifs de chaque discipline en vue des Jeux.

EN TANT QUE PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION, JE TROUVE INTÉRESSANT QUE LES ATHLÈTES FASSENT ENTENDRE LEUR VOIX.

JUSTINE DUPONT

Surf
Justine Dupont, présidente de la commission des athlètes de la Fédération internationale de surf (ISA)

J’ai le sentiment que le CIO veut que le surf fasse partie des Jeux, mais aussi que toute la culture qui l’entoure soit représentée. L’idée n’est pas simplement de rajouter cette discipline à la liste des sports olympiques et de gérer la compétition comme une entreprise ; le CIO souhaite vraiment englober toute la culture du surf. Nos valeurs sont très proches des valeurs olympiques.

La préparation a déjà commencé. Bien sûr, nous prendrons part à de nombreuses compétitions d’ici là, mais nous voulons tous être prêts pour l’été prochain, parce que les Jeux Olympiques n’ont lieu que tous les quatre ans. Cette grande première va être vraiment, vraiment excitante.

Qui sait où en sera le surf dans dix ans, mais j’espère qu’il incarnera toujours l’atmosphère et la culture qui le caractérisent depuis le tout début. Il est également primordial de travailler dur pour nous assurer que le surf reste fidèle à ses grandes valeurs que sont le lien avec la nature, le respect des océans et la découverte de soi.

En tant que présidente de la commission, je trouve intéressant que les athlètes fassent entendre leur voix. Je suis fière de l’ISA, qui a fait un excellent travail pour que le surf devienne un sport olympique. C’est déjà une grande victoire et, à présent, le défi est de maintenir le surf à l’affiche des prochains Jeux Olympiques.

Escalade
Sean McColl, président de la commission des athlètes de la Fédération internationale d’escalade (IFSC)

Le monde de l’escalade sportive dans son ensemble est vraiment enthousiaste à l’idée de faire partie de la famille olympique et d’avoir la possibilité de participer à Tokyo 2020, même si les défis à relever sont nombreux.

Participer aux Jeux Olympiques est une expérience qui comporte une part d’inconnu pour les grimpeurs (couverture médiatique élargie et préparation à long terme), mais aussi pour les organisateurs de nos épreuves et les sites hôtes. Tout cela est à la fois très fun et hyper contraignant. C’est là que la commission des athlètes peut jouer un rôle.

L’ISFC a divisé l’escalade sportive en trois disciplines : bloc, difficulté et vitesse. Or, aux Jeux Olympiques de 2020, il s’agira d’une épreuve combinée et les athlètes devront donc concourir dans ces trois disciplines tout à fait différentes au cours du même week-end.

Quatre représentants de chaque discipline sont présents au sein de la commission, et une grande partie de nos récents entretiens a porté sur la façon dont ce processus va fonctionner, ainsi que sur la qualification pour les Jeux Olympiques.

Avec l’intégration de l’escalade sportive aux Jeux Olympiques, le circuit a pris de l’ampleur, et je suis impatient de voir la prochaine génération de grimpeurs nous rejoindre.

LE MONDE DE L’ESCALADE SPORTIVE DANS SON ENSEMBLE EST VRAIMENT ENTHOUSIASTE À L’IDÉE DE FAIRE PARTIE DE LA FAMILLE OLYMPIQUE ET D’AVOIR LA POSSIBILITÉ DE PARTICIPER À TOKYO 2020, MÊME SI LES DÉFIS À RELEVER SONT NOMBREUX.

SEAN MCCOLL

Baseball/softball
Justin Huber, vice-président de la commission des athlètes de la Confédération mondiale de baseball et de softball (WBSC)

Les gens ne se rendent pas forcément compte de toute la planification nécessaire pour attirer de nouvelles communautés et atteindre de nouveaux fans dans le cadre d’un tournoi de baseball. Format plus court, rythme plus rapide, moins de matchs, moins d’équipes. Aux Jeux, rythme soutenu et ambiance survoltée seront au rendez-vous.

Du point de vue de la commission des athlètes, nous continuons de nous en tenir à nos principaux moteurs stratégiques, dont l’un est d’être la voix des athlètes au niveau décisionnel et exécutif. Nous avons de grands projets que nous nous employons à concrétiser d’ici le milieu de l’année prochaine.

L’étape de préparation la plus importante et la plus immédiate reste probablement notre engagement à soutenir le bien-être et la protection des athlètes au tournoi. C’est un point auquel nous accordons une importance toute particulière.

Au niveau mondial, je suis impatient de jeter les bases de l’avenir du baseball et du softball dans le mouvement olympique. Au niveau personnel, c’est en fait mon rêve olympique. Je n’ai pas participé aux Jeux Olympiques, mais c’est notre moment et l’occasion de nous laisser emporter par tout ce qui l’accompagne.

L’ÉTAPE DE PRÉPARATION LA PLUS IMPORTANTE ET LA PLUS IMMÉDIATE RESTE PROBABLEMENT NOTRE ENGAGEMENT À SOUTENIR LE BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DES ATHLÈTES AU TOURNOI. C’EST UN POINT AUQUEL NOUS ACCORDONS UNE IMPORTANCE TOUTE PARTICULIÈRE.

JUSTIN HUBER

TOKYO JOUERA UN RÔLE DE PREMIER PLAN EN PERMETTANT AUX GENS DE COMPRENDRE COMMENT LES RÈGLES FONCTIONNENT, À QUEL POINT LE KARATÉ PEUT ÊTRE SPECTACULAIRE, MAIS SURTOUT, À QUEL POINT CETTE DISCIPLINE EST SÛRE.

DAVIDE BENETELLO

Karaté
Davide Benetello, président de la commission des athlètes de la Fédération mondiale de karaté (WKF)

Tokyo est un rêve pour nous. Ces Jeux auront lieu exactement 50 ans après nos premiers championnats du monde dans le même pays, dans la même ville et au même endroit ! Nous sommes très fiers d’en être arrivés là.

Le plus important pour nous est de communiquer dès le début avec les athlètes sur la façon de se qualifier pour Tokyo, car comme nous le savons, nous incarnons un nouveau sport olympique et tout ce qui va avec est nouveau, non seulement pour nous, mais aussi pour tous nos athlètes.

La première année de qualification nous a rapporté moins de points, mais depuis avril, nous sommes entrés dans la dernière année avec des points de qualification totalement disponibles pour le classement olympique. Actuellement, tout se passe très bien, mais maintenant, nous devons rester concentrés, car nous disputerons six tournois très importants entre septembre 2019 et avril 2020.

L’un des plus grands défis consiste à préserver les athlètes des blessures. Même minimes, elles peuvent s’avérer très problématiques lors de certaines compétitions. Mais Tokyo jouera un rôle de premier plan en permettant aux gens de comprendre comment les règles fonctionnent, à quel point le karaté peut être spectaculaire, mais surtout, à quel point cette discipline est sûre. Oui, c’est un sport de combat, mais nous le pratiquons en toute sécurité.

Skateboard
Gary Ream, président de la commission World Skate – Skateboarding

Du fait de l’histoire du skateboard à l’échelle mondiale, nous sommes très familiers des grands événements culturels retransmis à la télévision dans le monde entier, mais évidemment la scène olympique est bel et bien la plus grande. Avec cette exposition olympique, je crois que nous pouvons changer le monde.

Le comité d’organisation de Tokyo 2020 s’est montré très réceptif à nos idées et à la créativité dont nous faisons preuve sur le terrain. Il est précis en termes l’organisation et c’est très gratifiant car il est à l’écoute de ce que nous estimons nécessaire pour que tout se passe au mieux.

Il nous reste encore énormément de choses à faire. Et le rythme ne devrait pas cesser de s’accélérer au cours de la dernière année précédant les Jeux. Il s’agit davantage d’aller de l’avant, de répondre et d’élargir les détails de ce que nous devons faire pour incarner le skateboard.

C’est vraiment un sport de passion. Il s’agit d’un sport d’expression et je veux que beaucoup de gens, qui pensent peut-être le comprendre, s’en imprègnent totalement. Notre objectif est de travailler avec le comité organisateur de Tokyo 2020 afin de livrer le plus grand et le meilleur spectacle possible.

Votre discipline est-elle prête pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ? Découvrez les détails de la préparation des Jeux de l’an prochain en cliquant ici.

THIS IS TRULY A SPORT DERIVED THROUGH PASSION. IT’S A SPORT OF EXPRESSION AND I WANT MANY PEOPLE WHO MAYBE THINK THEY UNDERSTAND IT, TO GET IT FULLY. 

GARY REAM