Les athlètes ne sont en aucun cas à l’abri des troubles de santé mentale. D’ailleurs, un peu plus d’un athlète sur trois en rencontre au cours de sa vie.
Ce taux est un peu plus élevé que celui de la population générale et peut résulter des facteurs de stress liés au sport qui contribuent aux troubles de santé mentale (comme les blessures ou la pression liée aux performances).

Le Sport Mental Health Recognition Tool du CIO, ou SMHRT-1, peut vous aider à déterminer si vous ou l’un de vos proches avez besoin de davantage de soutien.

Votre santé mentale et votre bien-être sont tout aussi importants pour vos performances que votre santé physique. Ainsi, identifier toute perturbation peut vous aider à rester au meilleur de votre forme.

Tout le monde est concerné par les troubles de santé mentale

Vous et vos collègues athlètes n’êtes pas immunisés contre les troubles de santé mentale. Des études démontrent qu’un peu plus d’un athlète sur trois peut souffrir de symptômes et troubles liés à la santé mentale, un taux légèrement plus élevé que dans la population générale (où une personne sur quatre est touchée). S’il est avéré qu’une activité physique régulière est associée à une amélioration du bien-être physique et mental, des facteurs de stress spécifiques au sport peuvent jouer sur votre bien-être mental, comme les blessures, la pression de la performance, le harcèlement et les comportements abusifs, l’échec et/ou la réussite, et la transition professionnelle après la carrière sportive.

Ces facteurs s’ajoutent aux facteurs de risque généraux (c.-à-d. extérieurs au sport) auxquels les athlètes peuvent être confrontés comme des événements et circonstances de vie difficiles (p. ex., les conflits relationnels, les difficultés financières ou un mauvais équilibre de vie), l’isolement social et la solitude.

La fréquence des troubles liés à la santé mentale dans le monde du sport et dans la population générale n’empêche pas certaines personnes d’en avoir encore une opinion négative ou inutile. Ces points de vue peuvent venir compliquer la situation et empêcher les athlètes de se sentir assez en confiance pour parler de leurs difficultés (que d’autres peuvent également éprouver) ou demander de l’aide.

Des études démontrent qu’un peu plus d’un athlète sur trois peut souffrir de symptômes et troubles liés à la santé mentale, un taux légèrement plus élevé que dans la population générale.

Finalement, le meilleur moyen d’atteindre le sommet de la performance sportive est de prendre soin de votre santé physique et de votre santé mentale comme deux parties d’un tout.

En outre, s’il est assez facile d’identifier quand une personne souffre d’une blessure physique nécessitant une prise en charge médicale, il est plus difficile de déterminer quand une personne a besoin d’aide en matière de santé mentale et de bien-être.

Reconnaître les signes ou symptômes liés aux troubles de la santé mentale est donc crucial pour briser les barrières et passer à l’étape suivante hautement importante : demander de l’aide et des conseils. N’oubliez pas que demander de l’aide est un signe de force et qu’il est vital d’accorder la priorité à votre santé mentale et votre équilibre de vie, au même titre que vos performances physiques.

Alors, comment savoir quand quelqu’un a besoin d’aide ? Comment savoir quand on a soi-même besoin d’aide ?

Faire le point sur sa santé mentale

Plusieurs outils d’évaluation de la santé mentale sont disponibles pour la population générale, mais le milieu du sport de haut niveau est unique en son genre. C’est pourquoi le groupe de travail du CIO sur la santé mentale a créé un outil pour identifier les symptômes et troubles liés à la santé mentale chez les athlètes de haut niveau.

Nommé Sport Mental Health Recognition Tool 1 du CIO, ou SMHRT-1, vous pouvez le télécharger ici.

Le SMHRT-1 a été conçu pour permettre aux athlètes, entraîneurs, proches et autres membres de l’entourage des athlètes de haut niveau d’identifier les symptômes ou troubles liés à la santé mentale de ces derniers, et ainsi les aider à trouver de l’aide.

L’outil est facile à utiliser et propose une liste d’expériences relatives aux athlètes (pensées, sentiments, comportements et changements physiques) qui pourraient indiquer un besoin de soutien supplémentaire, en particulier si ces expériences sont persistantes et/ou affectent le fonctionnement de l’athlète au quotidien.

Finalement, le meilleur moyen d’atteindre le sommet de la performance sportive est de prendre soin de votre santé physique et de votre santé mentale comme deux parties d’un tout. Ainsi, vous équiper des outils pour identifier quand vous avez besoin d’un soutien supplémentaire est un pas important vers l’optimisation de vos performances, de votre santé et de votre bien-être sur le terrain et en dehors.

En plus du SMHRT-1, nous avons élaboré la boîte à outils Mentally Fit pour donner la priorité à la santé mentale et au bien-être des athlètes au sein du Mouvement olympique.