Promouvoir l’égalité entre les athlètes valides et les athlètes handicapés est un objectif clé de la CA du CIP.

La Canadienne Chelsey Gotell, présidente de la CA du CIP et multiple médaillée paralympique en natation, affirme que le coronavirus est un défi de taille mais qu’il a aussi rassemblé les athlètes.

Les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 sont désormais fixés du 24 août 2021 au 5 septembre 2021.

Chelsey Gotell est présidente du conseil des athlètes (CA) du Comité International Paralympique (CIP). Elle a parlé à Athlete365 des défis auxquels les para-athlètes sont actuellement confrontés et de la façon dont le CIP les aide à les surmonter.

Les défis

La problématique majeure pour nous est l’impact du coronavirus sur les personnes en situation de handicap. Malheureusement, dans des circonstances normales, lorsqu’on se penche sur n’importe quelle population dans le monde et indépendamment de considérations de pays, ethnie, statut etc., il y a toujours eu une hiérarchie des soutiens. Les personnes en situation de handicap peinent à bénéficier des droits les plus basiques, ce qui les place au bas de l’échelle. Lorsque le système est mis à rude épreuve, comme en temps de pandémie, cette préoccupation est encore plus présente.

Penser à l’impact du coronavirus sur les handicapés est un exercice troublant, mais cela permet de vérifier que ces personnes reçoivent un soutien approprié. Par exemple, lorsque quelqu’un a besoin d’un respirateur, il est vital qu’il soit soutenu quel que soit le contexte. Nous devons tous apporter notre pierre, en tant que citoyens du monde, pour protéger toutes les populations contre la maladie. Avec l’ONU, nous travaillons activement à la promotion de l’égalité pour les personnes en situation de handicap.

Résoudre des problèmes ensemble

En outre, nous devons veiller à continuer de soutenir notre communauté, tout en recherchant en priorité un moyen sûr pour que les équipes accèdent aux Jeux l’été prochain. Voir les gens se rassembler à travers le mouvement sportif et l’afflux positif de soutiens a été très intéressant. Chacun a compris que nous évoluons dans une époque troublée.

Une fois le report officiellement acté, cela a enlevé beaucoup de pression des épaules des athlètes. La communauté a pu montrer sa résilience et son optimisme. Désormais, la priorité est de savoir comment Tokyo et même Pékin vont s’y prendre l’été prochain et au premier semestre de 2022. Mais je sais que tous les comités d’organisation sont sur le pied de guerre pour mettre en place des précautions afin de protéger tout le monde lors des Jeux.

Unir les athlètes

Que vous soyez un athlète paralympique ou olympique, nous sommes tous dans le même bateau. Le coronavirus a été une expérience affreuse, mais il a aussi permis de se rassembler. Je pense que les athlètes se sont ralliés autour de ce qu’il est possible de faire dans notre propre espace. J’ai vu beaucoup d’athlètes faire preuve de résilience et d’optimisme de façon totalement unique.

Certains ont discuté avec d’autres athlètes sur des streams de réseaux sociaux pour évoquer leurs expériences, d’autres ont publié de super posts sur comment surmonter les obstacles et rester fort, une thématique pertinente également pour les personnes en situation de handicap. Cette période a également uni les athlètes de sports d’été et d’hiver, ce qui est génial, car parfois ils ont tendance à rester dans leur propre système sportif.

Le monde a changé et chaque athlète devra trouver une nouvelle normalité lorsqu’il retournera à l’entraînement. Beaucoup de choses échappent totalement à notre contrôle, mais nous pouvons contrôler notre réaction à un environnement en perpétuelle évolution, ainsi que notre gestion mentale et émotionnelle. Notre capacité à nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler et notre résilience feront la différence et nous permettront d’être performants lorsque nous serons réunis pour célébrer le sport à Tokyo.

Pour en savoir plus sur comment rester positif, découvrez le résumé du webinaire exclusif d’Eliud Kipchoge sur Athlete365

QUE VOUS SOYEZ UN ATHLÈTE PARALYMPIQUE OU OLYMPIQUE, NOUS SOMMES TOUS DANS LE MÊME BATEAU. LE CORONAVIRUS A ÉTÉ UNE EXPÉRIENCE AFFREUSE, MAIS IL A AUSSI PERMIS DE SE RASSEMBLER.

CHELSEY GOTELL